.:Assassin Productions:.


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le retournement de l'opinion

Aller en bas 
AuteurMessage
Le Gauchiste
Passionné(e)


Nombre de messages : 284
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Le retournement de l'opinion   Jeu 1 Jan - 23:20

Un article 100% réformiste, mais teinté d'un optimisme rafraîchissant...




Le retournement de l'opinion

Par Laurent Laurent.

Ce début d’année 2009 implique de bonnes résolutions, par une lecture du moment: passé, présent, avenir. Le futur pourrait-il apporter un mouvement social fort, capable de bousculer le pouvoir?


Au début de la présidence Sarkozy et même pendant la campagne présidentielle, l’opposition (enfin une bonne partie) avait l’impression de prêcher dans le désert. Dans un désert de droite. Même ayant de solides arguments et malgré les scandales flagrants d’égoïsme et d’iniquité, malgré le « bling-bling » et la vulgarité du pouvoir, on avait l’impression qu’une masse de l’opinion, sinon approuvait le nouvel exécutif , mais du moins fermait les yeux. Tout cela parce que la société française était à droite, nous avait-on dit. « C’était comme ça que cela marchait dans le système. »

Pouvoir débridé
Nous pleurions. Fort de cela, le pouvoir, n’ayant cure des critiques, s’est donc lâché. Ainsi fut l’affirmation d’une droite bien égoïste, trouvant son moteur dans l’accroissement des inégalités et dans les intérêts particuliers. Ainsi fut cette parole en verve fournie par la garde rapprochée (Bertrand, Morano, Dati, Woerth, Karoutchi, Lefebvre… ) L’heure n’était point aux scrupules. Les incompétences, défiances, propos maladroits, voire insultants, ne les préoccupaient pas, tout cela n’avait pas d’importance : le vent soufflait dans le dos.

De mois en mois, les dossiers à charges et les irresponsabilités se sont accumulés. Sans que rien ne bouge. Confiant, le pouvoir, au lieu de gagner en maturité, voire de se reprendre, a continué dans la même déraison. Mais le vent a baissé. Tant pis, ils continuèrent les contre-réformes, toutes les contre-réformes. Le vent est tombé et s’est retourné cet automne. Tant pis, jusqu’au bout, jusqu’à la dernière minute, le pouvoir a encore tenté de faire passer ce qu’il pouvait comme acquis anti-sociaux, comme un sale gamin qui fait encore une dernière sottise par rage de nuire.

Retournement
Mais ce pouvoir, faisant ainsi, marche sur un banc de sable, dans une rivière. Le courant a creusé en dessous, sans qu’on puisse le voir. Une goutte d’eau, une étincelle ou une aile de papillon qui passe… tout à coup, tout s’écroule, il est submergé, la noyade est là.

La méga-crise, dont Nicolas Sarkozy n’est responsable que dans la limite – dont il ne peut se dédouaner – d’avoir été le chantre de l’ultralibéralisme pendant des décennies, est un retournement de société. Il est trop tard.

Ce ne sont pas quelques discours de Toulon qui sont et seront pris comme des effets d’annonce qui n’ont plus d’effets. Ce ne sont pas les dernières bourdes comme l’acharnement à la privatisation de la Poste, à la contre-réforme de l’audiovisuelle, et toujours le harcèlement stérile contre l’Éducation Nationale, qui ne servent qu’à mettre le pays encore plus en rogne, qui vont changer non plus les choses. Quelques milliards en plus et en moins.

Voici un phénomène d’hystérésis, c’est-à-dire une vague retard qui est prête à se déverser alors que la commande est inversée, en vain. Appelons cela aussi le phénomène du balancier : plus on le pousse dans un sens, plus il revient fort dans l’autre. En cela, tout le monde constate que la classe dirigeante, dont notamment le pouvoir en place, s’est empiffré sans honte depuis trente ans, et aujourd’hui, c’est le bouquet.

1789
Aux errements de ce pouvoir néolibéral se dépatouillant avec le problème, et avec l’inquiétude et l’urgence émanent de la méga-crise, toutes les rancunes et les humiliations accumulées depuis des mois (des décennies), émergent parce qu’elles ont un vrai fondement, une vraie injustice, un manque de sagesse jamais atteint.

Comme 1789 fut, non pas la crise du manque de blé, mais la crise du régime monarchique, entier aujourd’hui, le roi est nu. Il n’est même presque plus besoin d’un leader d’opposition pour emmener la révolte sociale, elle risque de se conduire toute seule. C’est la société, c’est chacun qui semble en avoir ras le bol, atterré, à demi-furieux, et commence à envisager que son intérêt est plus à congédier le pouvoir plutôt qu’à le conserver. Puisque la société régresse, que nous régressons, et que nous sommes convaincus que nos enfants seront moins heureux que nous. Pourquoi ? Parce qu’il y a moins de gâteau à se partager ? Non, parce que le partage est faussé.

Rien ne peut plus marcher. Même une partie de la droite, inquiète, change de stratégie, enfin de discours, car elle sent bien qu’elle va dans le mur avec leur leader qui va devenir un poids. C’est-à-dire, créer plus de problèmes qu’en résoudre.

Les médias et chroniqueurs, qui étaient à 95% du côté du pouvoir, apprennent la défiance, car qui sait ce que l’avenir leur réserve ? (Alain Gérard Slama du Figaro, semble parfois être passé dans l’opposition, ces temps-ci, c’est dire) Est-ce leur intérêt de conserver ce pouvoir-là, qui ne pourra pas s’en sortir ?

Crise et révolte
Et la possibilité d’une révolte vient de Grèce. Devant l’incurie ou la malveillance des dirigeants, (ce qui est la même chose) devant l’impossible alternance, les forces vives ou en devenir du pays se révoltent en cassant tout ; le pays est bloqué. De l’autre côté, on ne peut faire tirer sur sa jeunesse, pas après Tien An Men. S’il y a des élections législatives ensuite, seront-elles gagnées ou perdues ? Car ce n’est forcément pas un scénario à la Mai 68, c’est-à-dire une révolte dans une période de prospérité, suivi d’une réaction contre-sociale de l’opinion, par les élections.

On peut très bien imaginer, l’inverse, autrement dit, une révolte en période de crise, un mouvement social qui bouscule le pouvoir, et des élections anticipées qui renvoient les dirigeants en place et apporte une alternance. Pour cela, il faut que l’opposition trouve ses leaders, que l’on ne semble pas connaître, pour l’instant. Peut-être… Dans l’histoire du pays, surtout dans les coups de tempête, nombre de leaders de premiers plans étaient inconnus cinq ans (voire cinq mois) avant d’arriver à la première place.

Qu’est-ce qui peut sauver Sarkozy, au fond ? Comment peut-il retrouver, non pas une légalité mais une légitimité. Le « tout sauf Sarkozy » est là, en ce sens que tout le monde est convaincu que ce n’est pas ce genre de pouvoir qu’il nous faut désormais.

Le départ du président ?
Il pourra faire tous les efforts ou signes positifs qu’il voudra, se traîner par terre, faire du théâtre comme Bernard Tapie, la solution ne passe plus par lui. Son départ devra marquer un changement radical de politique en France, comme le départ de Bush et l’arrivée d’Obama marque un soulagement aux États-Unis.

La vague est en formation. Elle est partie. Ce n’est même plus la peine de retirer la réforme Darcos, les lycéens sont ou seront dans la rue, peut-être suivis par les étudiants, les jeunes travailleurs pauvres et les adultes emboîteront le pas, comme tous ceux qui sont en détestation de cette politique. Les alliés du pouvoir le lâche ou le lâcheront, petit à petit.

Et les forces de l’ordre sont assez fortes pour contenir les débordements de 5000 manifestants, mais à un ou deux millions dans la rue tous les trois jours, ce sera difficile.

Face à la méga-crise, les pouvoirs publics sont en charges de compenser le manque de prospérité par le rééquilibrage des revenus et le partage du PIB. Le font-ils ? Non.

Alors ce pouvoir en France n’attend plus qu’une seule chose : la chaussure.

Ah, je m’emporte un peu, mais ça le mérite ! Bonne année 2009.

source
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinistrespectacle.free.fr/
 
Le retournement de l'opinion
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Petit Bouchon à Boisbriand
» Ethique à nicomaque, Livre VII
» Recherche bibliographie sur la guerre civile russe
» [Sondage d'opinion] Quels items voudriez vous en tombola
» Cassoulet en fête

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.:Assassin Productions:. :: Vos opinions :: La censure est présente pourtant l'information circule!-
Sauter vers: