.:Assassin Productions:.


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Ne libérez pas la bourgeoise Ingrid Betancourt!

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Le Gauchiste
Passionné(e)


Nombre de messages : 284
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Ne libérez pas la bourgeoise Ingrid Betancourt!   Mar 15 Jan - 1:26

Un autre point de vue sur cette "malheureuse" otage, en provenance d'une organisation communiste.






Ingrid Bettencourt représente la bourgeoisie !
Voilà environ 4 ans qu'Ingrid Bettencourt, représentante incontestable de la bourgeoisie est retenue prisonnière par la guérilla des FARC, en Colombie.
La campagne pour la libération de cette proche de Villepin a été relayée et appuyée par l'ensemble des partis de gouvernements, Parti Communiste inclus et par un très grand nombre de municipalités !
Que doit-on en penser ? Doit-on nous larmoyer sur le sort de cette ennemie, sachant que des dizaines de milliers de camarades sont prisonniers, torturés et tués dans le monde et pas plus loin qu'en France ?
Doit-on penser comme ose le faire les soumis au système qu'aucune cause ne justifie de telles méthodes ? NON, bien sûr !
Nous devons nous poser dialectiquement la question des moyens et des fins. En l'occurrence, si la guérilla populaire des FARC n'utilisait pas certains otages de la bourgeoisie du pays, qu'adviendrait-il des milliers de camarades révolutionnaires emprisonnés ? Face à un gouvernement colombien tout particulièrement corrompu et réactionnaire solidaire de la maffia des narco-trafiquants, avons-nous le droit de condamner les méthodes de survie et d'auto-financement de la résistance armée populaire ?
Non ! Evidemment pas face à un ennemi qui use et usera de tous les moyens pour éradiquer les mouvements révolutionnaires qui s'oppose aux intérêts des riches propriétaires!
Voilà pourquoi nous nous moquons du sort de Bettancourt, et que nous nous solidarisons de toutes les forces combattantes qui défendent l'intérêt des peuples face aux exploiteurs!


Elias


source







LIBERATION DES PRISONNIERS DES FORCES ARMEES DE COLOMBIE !
Marx avançait : "le prolétariat peut parvenir à ces objectifs par la voie pacifique". Il affirmait en sus :"nous devons aussi reconnaître le fait que dans la plupart des pays, ce n'est pas le cas et que le levier de notre révolution sera la violence". Phrase lourde de sens aujourd'hui en Colombie. Evidence pas toujours comprise par notre extrême-gauche locale mais nous y reviendrons...
Afin de mieux comprendre les raisons objectives de ce choix de lutte, Rodrigo Granda -membre de la commission internationale des forces armées révolutionnaires de Colombie- nous éclaire sur l'évolution du comportement des Etats bourgeois: "s'ils considèrent que les masses sont dociles, ils les laissent développer certaines formes limitées de démocratie; s'ils considèrent que les masses se sont radicalisées, ils font descendre les troupes dans la rue et répriment. Mais s'ils constatent que ces mouvements de masses se radicalisent encore, ils recourent au terrorisme d'Etat, massacrent leurs opposants". Mode opératoire bien connu en Amérique latine et qui se répète aujourd'hui en Colombie.
La lutte armée n'a pas été décrétée par un groupe de barbus marxisants romantiques. Elle est née de la nécessité vitale de défendre des intérêts de classe dans une période historique donnée, à un moment où l'Etat bourgeois ferme toute possibilité de démocratie et d'expression dont peuvent bénéficier les masses opprimées.
Afin d'éclairer plus avant les sceptiques et les éternels naïfs qui font le pied de grue dans les manifs pro-Betancourt, en bon marxiste prenons acte des faits.
La guérilla marxiste est née en 1964 dans le but de protéger "les communautés paysannes autonomes". Ces communautés sont alors victimes d'une répression sanglante de la part des latifundistes et des tueurs de la bourgeoisie colombienne appuyée en sous-main par l'impérialisme US. S'en suivirent alors trente années de conflit armé entre la guérilla marxiste et l'armée colombienne soutenue par des milices paramilitaires privées.
Les FARC recherchèrent alors une réconciliation nationale. Elle se traduisit par les accords dit "de la Uribe" en 1984. Le corrolaire de ces accords fut la création d'un nouveau parti, l'Union Patriotique, qui reçu un large soutien des masses urbaines et rurales. Son développement paniqua la bourgeoisie. Elle entama alors méthodiquement l'extermination de ces dirigeants et militants. De cette période, les FARC en ont tiré des leçons.
Dans le pays qui concentre à lui seul 90 % des assassinats de syndicalistes dans le monde, excusez du peu, nous n'allons pas pleurnicher sur le sort de la "pauvre" Betancourt, prisonnière de la guerilla depuis 5 ans. Betancourt, ce rejeton de la bourgeoisie colombienne demandait à Pastrana l'arrêt des négociations avec les FARC et la reprise par la force des territoires contrôlés par ces derniers.
5 ans...! une broutille en comparaison des peines des 500 guérilleros emprisonnés à vie en Colombie ou mis à l'isolement sur le territoire US. Si elle peut servir de monnaie d'échange pour la libération de nos camarades emprisonnés, cette amie intime de notre notre ancien premier ministre de Villepin aura au moins servi à quelque chose...
Besancenot déclarait récemment : "nous sommes solidaires des luttes et des combats du peuple colombien pour la démocratie, mais nous condamnons la prise en otage d'Ingrid Betancourt. Ce type d'initiative qui s'attaque à une responsable politique-qui a toujours condamné la dictature est inacceptable"... Les familles des guérilleros emprisonnés à vie apprécieront...
Toujours la même logique, sur le grand marché des larmes médiatiques il apparaît donc que la vie de plusieurs centaines de camarades emprisonnés, de milliers de syndicalistes assassinés et de paysans ruinés ou massacrés ne valent pas celle d'une bonne bourgeoise bien de chez nous.


Pablo


source
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinistrespectacle.free.fr/
hot sauce
Assassin Family
avatar

Nombre de messages : 424
Age : 36
Emploi : Futur chômeur ?
Date d'inscription : 05/11/2005

MessageSujet: Re: Ne libérez pas la bourgeoise Ingrid Betancourt!   Mar 15 Jan - 3:00

En effet, textes rafraichissant ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sherk
Assassin Family


Nombre de messages : 446
Age : 36
Localisation : belgique
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Ne libérez pas la bourgeoise Ingrid Betancourt!   Mar 15 Jan - 17:31

http://risal.collectifs.net/spip.php?article2198Un entretien avec Rodrigo Granda (FARC EP)

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=viewArticle&code=BRI20060906&articleId=3169

Et un texte intérréssant sur la ''pseudo''narcodépendance des farc.D'aprés ce texte les farc sont loin d'étre des narcotraficants.....


Pour ce qui est des méthodes des farc moi j'adhére pas(Enffin je leur laisse le bénéfice du doute)Mais pour moi la fin ne justifie pas''toujour''les moyens.Méme si je sais que ces pas toujour aussi simple......
Enffin ces pas pour autant que je vais pleuré pour Ingrid Béttancourt.Je pensse que je la garderais aussi pour une foi qu'une vrai bourgeoise est otage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sheerk.over-blog.com/
Le Gauchiste
Passionné(e)


Nombre de messages : 284
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Ne libérez pas la bourgeoise Ingrid Betancourt!   Mar 15 Jan - 23:46

C'est clair qu'il ne faut se faire aucune illusion sur les FARC: staliniens ils sont... et staliniens ils resteront . Ils n'en reste pas moins vrai que la prise d'otages issus de la bourgeoisie est, dans le contexte colombien (celui d'un État autoritaire s'appuyant sur des groupes paramilitaires fascistes), un acte de légitime défense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinistrespectacle.free.fr/
[admin]
Suprême Assassin
avatar

Nombre de messages : 1247
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Ne libérez pas la bourgeoise Ingrid Betancourt!   Mer 16 Jan - 0:50

Citation :
Face à un gouvernement colombien tout particulièrement corrompu et réactionnaire solidaire de la maffia des narco-trafiquants, avons-nous le droit de condamner les méthodes de survie et d'auto-financement de la résistance armée populaire ?

il s'est trompé là, il a surement voulu parler des FARC... ah bon, dans les deux camps ils soutiennent les narco-trafiquants...??
C'est pas parce que les gouvernement est pourrie et applique des méthodes du même acabit qu'il faut forcément faire pareil.
Prendre les FARC comme exemple...c'est pas sérieux. les FARC n'agissent aujourd'hui que dans leur seul et unique but...Ils se battent contre l'armée, l'armée se bat contre eux. Et au milieu il y a la population. Les deux camps essayent bien sur de recruter les jeunes chacun de leur côté.

_________________
chaque société hérite de la jeunesse qu'elle mérite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hot sauce
Assassin Family
avatar

Nombre de messages : 424
Age : 36
Emploi : Futur chômeur ?
Date d'inscription : 05/11/2005

MessageSujet: Re: Ne libérez pas la bourgeoise Ingrid Betancourt!   Mer 16 Jan - 0:56

d'facon en ce qui concerne la fin et les moyens...ça me parait délicat voire dangereux de fixer une fois pour toutes de façon rigide ce qui est acceptable ou non vu les multiples situations qui peuvent se présenter..après pour le cas des FARC, je suis vraiment pas assez informé sur la situation colombienne, mais bon le 2 poids 2 mesures est tellement gros qu'elle peut bien y rester 10ans de plus que ça va pas nous empécher de dormir Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Gauchiste
Passionné(e)


Nombre de messages : 284
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Ne libérez pas la bourgeoise Ingrid Betancourt!   Mer 16 Jan - 3:50

admin a écrit:
Citation :
Face à un gouvernement colombien tout particulièrement corrompu et réactionnaire solidaire de la maffia des narco-trafiquants, avons-nous le droit de condamner les méthodes de survie et d'auto-financement de la résistance armée populaire ?

il s'est trompé là, il a surement voulu parler des FARC... ah bon, dans les deux camps ils soutiennent les narco-trafiquants...??
C'est pas parce que les gouvernement est pourrie et applique des méthodes du même acabit qu'il faut forcément faire pareil.
Prendre les FARC comme exemple...c'est pas sérieux. les FARC n'agissent aujourd'hui que dans leur seul et unique but...Ils se battent contre l'armée, l'armée se bat contre eux. Et au milieu il y a la population. Les deux camps essayent bien sur de recruter les jeunes chacun de leur côté.

1) J'vais peut-être donner l'impression de jouer sur les mots... mais s'auto-financer grâce à l'argent de la drogue comme le font (feraient?) les FARC - même si c'est une pratique que je désapprouve venant d'une organisation prétendument révolutionnaire - eh bien, ce n'est quand même pas la même chose que "soutenir des narco-trafiquants" (comme tu le dis) pour le simple plaisir de les soutenir.

2) Sur les similitudes, que tu évoques, entre les méthodes des FARC et celles du gouvernement colombien et de ses chiens de gardes fascistes, ça m'faisait penser à une remarque de Trotsky dans Leur morale et la nôtre: "Le devenir historique est avant tout lutte des classes, et il arrive que des classes différentes usent, à des fins différentes, de moyens analogues. Il ne saurait en être autrement. Les armées belligérantes sont toujours plus ou moins symétriques; s'il n'y avait rien de commun dans leurs façons de combattre, elles ne pourraient pas se heurter."

3) Quand tu dis que les FARC agissent aujourd'hui "dans leur seul et unique but" : c'est sans doute vrai... mais, cela ne peux pas permettre de porter un quelconque jugement de valeur sur les FARC, puisque tu n'as pas dit quel était ce but. Après tout, les partis révolutionnaires agissent toujours dans leur seul et unique but (la Révolution) et cela ne pose aucun problème (sauf à la classe dominante, bien sûr!), puisque ce but correspond aux intérêts objectifs des classes exploitées.

En l'occurrence, concernant les FARC, je connais très peu la situation en Colombie. Tout ce que je sais d'eux, c'est que ce sont des staliniens; et qu'ils sont effectivement soupçonnés de se financer grâce à l'argent de la drogue. A mon avis, cette guérilla est assez comparable à la guérilla népalaise (également stalinienne): ses discours démagogiquement révolutionnaires lui valent le soutien de bon nombre d'exploités (beaucoup plus, d'ailleurs, des paysans pauvres que des prolétaires "urbains"), mais sa revendication essentielle est l'instauration d'une république bourgeoise, avec les libertés dites démocratiques que cela suppose. Pour le dire autrement, ces guérillas se battent pour un 1789 (et, au Népal, la guérilla est - effectivement - en passe d'envoyer un régime tyrannique dans les poubelles de l'Histoire... ce n'est déjà pas si mal) beaucoup plus que pour un 1917.

4) Je ne suis pas d'accord avec toi quand tu écris que les FARC "se battent contre l'armée, l'armée se bat contre eux. Et au milieu il y a la population. " ... Parce que ta remarque est profondément aclassiste: elle présente la population comme un bloc homogène de spectateurs impuissants et de victimes (toutes innocentes, cela va de soi!). Ta remarque passe sous silence le fait que la bourgeoisie locale soutient les forces répressives (ou critique éventuellement leurs méthodes, mais pas leurs objectifs) - officielles ou non - de l'État colombien, tandis que bon nombre de paysans pauvres soutiennent les FARC (certains sont contraints de les soutenir - je ne le nie pas: les FARC sont des stals, ils ont les pratiques qui vont avec - mais d'autres s'engagent volontairement aux côtés des FARC). Ta remarque tend également à faire oublier que - contrairement aux victimes des FARC - les victimes de l'armée et des groupes paramilitaires d'extrême-droite sont très rarement issues de la bourgeoisie. Et c'est bien logique, puisque même si les méthodes des uns et des autres sont (parfois) ressemblantes, leurs bases sociales ne sont pas du tout les mêmes.

Malgré tout le mal que je pense des staliniens, je n'adopte pas l'attitude simpliste - et très répandue - qui consiste à les renvoyer dos-à-dos avec les fascistes (cf. les discours très en vogue, à la Stéphane Courtois, autour du thème des "extrêmes qui se rejoignent", des "totalitarismes jumeaux", etcaetera). Le simple rappel du fait que, sous l'Occupation, les staliniens se faisaient arrêter, torturer, déporter, fusiller... pendant que l'extrême-droite était au pouvoir, suffit à démontrer l'inanité de cette identification stalinisme/fascisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinistrespectacle.free.fr/
sherk
Assassin Family


Nombre de messages : 446
Age : 36
Localisation : belgique
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Ne libérez pas la bourgeoise Ingrid Betancourt!   Mer 16 Jan - 16:34

Le Gauchiste a écrit:
C'est clair qu'il ne faut se faire aucune illusion sur les FARC: staliniens ils sont... et staliniens ils resteront . Ils n'en reste pas moins vrai que la prise d'otages issus de la bourgeoisie est, dans le contexte colombien (celui d'un État autoritaire s'appuyant sur des groupes paramilitaires fascistes), un acte de légitime défense.



Ha ok tu me rassures ! Ils me font un peu peur quant ils sortent quant tu rentre dans les farc ces jusque au triomphe de la révolution ou la mort !
J’imagine ce qu’il doit arrivé a ceux qui décident de ne plus servir la cause des farc……
Je ne savais pas qu’ils étaient staliniens mais disons que j’avais un doute.
Pour ce qui est de stalinien /fasciste et bien ils ont quant même des points commun.Leur différence est ‘’idéologique’’L’idéal des stals est plus acceptable ces le même que le mien !
Mais je ne pense pas que les extrêmes ce rejoigne pour autant .Je pense plutôt qu’ils sont le reflet de la triste réalité de l’être humain.(Tout ce que l’homme touche il le détruit)Ils n’est donc pas étonnant que le marxisme soi dégueulassé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sheerk.over-blog.com/
[admin]
Suprême Assassin
avatar

Nombre de messages : 1247
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Ne libérez pas la bourgeoise Ingrid Betancourt!   Mer 16 Jan - 23:13

Citation :
1) J'vais peut-être donner l'impression de jouer sur les mots... mais s'auto-financer grâce à l'argent de la drogue comme le font (feraient?) les FARC - même si c'est une pratique que je désapprouve venant d'une organisation prétendument révolutionnaire - eh bien, ce n'est quand même pas la même chose que "soutenir des narco-trafiquants" (comme tu le dis) pour le simple plaisir de les soutenir.

c'est bien "font", il y a des témoignages de gens qui reviennent des Farc après avoir déserter (il y a d'ailleurs un reportage sur une femme qui faisait partie des FARC et qui en parler à Daniel Mermet si j'me souviens bien...l'émission date d'un mois). Désolé pour moi c'est la même chose, vu les méfaits de la drogue...ce sont autant des assassins. Après peut être que c'est dure de s'auto-financer... Mais je trouve ça plu moral de braquer une banque par exemple, que de travailler pour des narco trafriquants.


Citation :
2) Sur les similitudes, que tu évoques, entre les méthodes des FARC et celles du gouvernement colombien et de ses chiens de gardes fascistes, ça m'faisait penser à une remarque de Trotsky dans Leur morale et la nôtre: "Le devenir historique est avant tout lutte des classes, et il arrive que des classes différentes usent, à des fins différentes, de moyens analogues. Il ne saurait en être autrement. Les armées belligérantes sont toujours plus ou moins symétriques; s'il n'y avait rien de commun dans leurs façons de combattre, elles ne pourraient pas se heurter."

Ces méthodes je les cautionnerais jamais, la drogue tue assez de monde aujourd'hui. Peut être que ça sert leur armée de libération...mais si c'est pour tuer (indirectement c'est vrai) des gens dans les pays voisins, je vois pas comment on peux cautionner ça.

Citation :
3) Quand tu dis que les FARC agissent aujourd'hui "dans leur seul et unique but" : c'est sans doute vrai... mais, cela ne peux pas permettre de porter un quelconque jugement de valeur sur les FARC, puisque tu n'as pas dit quel était ce but. Après tout, les partis révolutionnaires agissent toujours dans leur seul et unique but (la Révolution) et cela ne pose aucun problème (sauf à la classe dominante, bien sûr!), puisque ce but correspond aux intérêts objectifs des classes exploitées.


Dans leur propre "interêt" si tu préfères...Aujourd'hui les FARC survivent. D'après ce que j'ai lu/vu, leur objectif principal est depuis longtemps oublié.

Citation :

4) Je ne suis pas d'accord avec toi quand tu écris que les FARC "se battent contre l'armée, l'armée se bat contre eux. Et au milieu il y a la population. " ... Parce que ta remarque est profondément aclassiste: elle présente la population comme un bloc homogène de spectateurs impuissants et de victimes (toutes innocentes, cela va de soi!). Ta remarque passe sous silence le fait que la bourgeoisie locale soutient les forces répressives (ou critique éventuellement leurs méthodes, mais pas leurs objectifs) - officielles ou non - de l'État colombien, tand
is que bon nombre de paysans pauvres soutiennent les FARC (certains sont contraints de les soutenir - je ne le nie pas: les FARC sont des stals, ils ont les pratiques qui vont avec - mais d'autres s'engagent volontairement aux côtés des FARC). Ta remarque tend également à faire oublier que - contrairement aux victimes des FARC - les victimes de l'armée et des groupes paramilitaires d'extrême-droite sont très rarement issues de la bourgeoisie. Et c'est bien logique, puisque même si les méthodes des uns et des autres sont (parfois) ressemblantes, leurs bases sociales ne sont pas du tout les mêmes.

Quand je parle de la population, je parle du "peuple"... Des jeunes qui n'ont rien demandé si ce n'est de vivre. J'ai visionné un documentaire y a pas longtemps..."Carlitos Medelin" sur la vie d'un jeune de 13 qui habite en Colombie...Là bas, le "peuple" (vu la pauvreté, aucun n'appartient à la bourgeoisie) se retrouve au centre d'une guerre dont ils ne comprennent même pas la signification. Un jour un jeune se fait tué par l'armée, le lendemain un autre par les FARC... Quand ton gosse qui n'a même pas 20 ans meurt au cours d'un affrontement entre la guérilla et l'armée, que ce soit la faute des FARC ou la faute de l'armée ne fait aucune différence...
Une balle ne fait pas de distinction de classe sociale.

_________________
chaque société hérite de la jeunesse qu'elle mérite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Gauchiste
Passionné(e)


Nombre de messages : 284
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Ne libérez pas la bourgeoise Ingrid Betancourt!   Jeu 17 Jan - 1:26

admin a écrit:
Citation :
1) J'vais peut-être donner l'impression de jouer sur les mots... mais s'auto-financer grâce à l'argent de la drogue comme le font (feraient?) les FARC - même si c'est une pratique que je désapprouve venant d'une organisation prétendument révolutionnaire - eh bien, ce n'est quand même pas la même chose que "soutenir des narco-trafiquants" (comme tu le dis) pour le simple plaisir de les soutenir.

c'est bien "font", il y a des témoignages de gens qui reviennent des Farc après avoir déserter (il y a d'ailleurs un reportage sur une femme qui faisait partie des FARC et qui en parler à Daniel Mermet si j'me souviens bien...l'émission date d'un mois). Désolé pour moi c'est la même chose, vu les méfaits de la drogue...ce sont autant des assassins. Après peut être que c'est dure de s'auto-financer... Mais je trouve ça plu moral de braquer une banque par exemple, que de travailler pour des narco trafriquants.


Citation :
2) Sur les similitudes, que tu évoques, entre les méthodes des FARC et celles du gouvernement colombien et de ses chiens de gardes fascistes, ça m'faisait penser à une remarque de Trotsky dans Leur morale et la nôtre: "Le devenir historique est avant tout lutte des classes, et il arrive que des classes différentes usent, à des fins différentes, de moyens analogues. Il ne saurait en être autrement. Les armées belligérantes sont toujours plus ou moins symétriques; s'il n'y avait rien de commun dans leurs façons de combattre, elles ne pourraient pas se heurter."

Ces méthodes je les cautionnerais jamais, la drogue tue assez de monde aujourd'hui. Peut être que ça sert leur armée de libération...mais si c'est pour tuer (indirectement c'est vrai) des gens dans les pays voisins, je vois pas comment on peux cautionner ça.

Citation :
3) Quand tu dis que les FARC agissent aujourd'hui "dans leur seul et unique but" : c'est sans doute vrai... mais, cela ne peux pas permettre de porter un quelconque jugement de valeur sur les FARC, puisque tu n'as pas dit quel était ce but. Après tout, les partis révolutionnaires agissent toujours dans leur seul et unique but (la Révolution) et cela ne pose aucun problème (sauf à la classe dominante, bien sûr!), puisque ce but correspond aux intérêts objectifs des classes exploitées.


Dans leur propre "interêt" si tu préfères...Aujourd'hui les FARC survivent. D'après ce que j'ai lu/vu, leur objectif principal est depuis longtemps oublié.

Citation :

4) Je ne suis pas d'accord avec toi quand tu écris que les FARC "se battent contre l'armée, l'armée se bat contre eux. Et au milieu il y a la population. " ... Parce que ta remarque est profondément aclassiste: elle présente la population comme un bloc homogène de spectateurs impuissants et de victimes (toutes innocentes, cela va de soi!). Ta remarque passe sous silence le fait que la bourgeoisie locale soutient les forces répressives (ou critique éventuellement leurs méthodes, mais pas leurs objectifs) - officielles ou non - de l'État colombien, tand
is que bon nombre de paysans pauvres soutiennent les FARC (certains sont contraints de les soutenir - je ne le nie pas: les FARC sont des stals, ils ont les pratiques qui vont avec - mais d'autres s'engagent volontairement aux côtés des FARC). Ta remarque tend également à faire oublier que - contrairement aux victimes des FARC - les victimes de l'armée et des groupes paramilitaires d'extrême-droite sont très rarement issues de la bourgeoisie. Et c'est bien logique, puisque même si les méthodes des uns et des autres sont (parfois) ressemblantes, leurs bases sociales ne sont pas du tout les mêmes.

Quand je parle de la population, je parle du "peuple"... Des jeunes qui n'ont rien demandé si ce n'est de vivre. J'ai visionné un documentaire y a pas longtemps..."Carlitos Medelin" sur la vie d'un jeune de 13 qui habite en Colombie...Là bas, le "peuple" (vu la pauvreté, aucun n'appartient à la bourgeoisie) se retrouve au centre d'une guerre dont ils ne comprennent même pas la signification. Un jour un jeune se fait tué par l'armée, le lendemain un autre par les FARC... Quand ton gosse qui n'a même pas 20 ans meurt au cours d'un affrontement entre la guérilla et l'armée, que ce soit la faute des FARC ou la faute de l'armée ne fait aucune différence...
Une balle ne fait pas de distinction de classe sociale.

1) Sur la vente de drogue: pas besoin d'en faire des pages et des pages, j'ai écrit en toutes lettres que je n'approuvais pas ce genre de pratiques (ni en Colombie ni en France ni ailleurs). J'dit seulement que vendre de la drogue pour s'en mettre plein les poches ou bien pour financer une guérilla, ce n'est pas la même chose. Après, c'est incontestablement plus moral de braquer une banque pour s'auto-financer. Mais si le braquage part en sucette, qu'il y a une fusillade et que plusieurs employés (sûrement très mal payés) sont tués, hein? Ce sont des choses qui arrivent! Tout ça pour dire que la guerre propre et sans dommage collatéral, ça n'a jamais existé, ça n'existe pas et ça n'existera jamais.

2) Quand je citais Léon Trotsky, je ne faisais pas allusion au financement par l'argent de la drogue, mais aux méthodes violentes (parfois terroristes) en général. Je comprend parfaitement que tu désapprouves totalement le trafic de drogue - moi aussi; par contre, sur la question plus vaste de la violence dans la lutte des classes: c'est peut-être regrettable, mais la violence (ou, du moins, la menace de recourir à la violence) est le seul moyen efficace qu'on trouvé les exploités, à travers l'Histoire, pour lutter contre les classes dominantes.

3) Contrairement à toi, je ne dirais pas que les FARC "survivent". Ca fait des années et des années que le gouvernement colombien (un ramassis de corrompus à la botte de Washington et de criminels de guerre) dit que les FARC sont en passe d'être définitivement écrasés... et pourtant ils sont toujours là. Le gouvernement colombien applique la méthode Coué, tout simplement: les FARC agonisent, les FARC sont finis, les FARC n'existent plus... Ca m'fait penser aux dirigeants russes qui disent depuis 8 ans que la guerre en Tchétchénie est terminée (alors que leurs soldats se font buter tous les jours là-bas), aux dirigeants yankees qui ne cessent de répéter que l'Irak est désormais un pays stable et démocratique, etcaetera.

Par contre, ce qui est sûr, c'est que les revendications premières des FARC tendent progressivement à être remplacées par de simples demandes de libération de leurs nombreux prisonniers politiques. C'est un peu le travers dans lequel tombent les guérillas aux quatre coins du globe (cf. le DHKP-C et le PKK en Turquie, l'ETA en Espagne, le FPLP en Palestine...): face à la violence inouïe de la répression étatique qui s'abat sur elles, elles en viennent à faire passer la lutte politique (pour la démocratie ou le socialisme ou l'indépendance...) après les considérations humaines (la libération des camarades emprisonnés dans des conditions atroces et, en attendant cette hypothétique libération, des actions de représailles envers l'État contre lequel elles sont en guerre).

4) Sur le documentaire dont tu parles... j'l'ai pas vu... Mais, du peu que tu en dit, j'devine déjà qu'il n'a pas été fait par un marxiste lol! ! Parce que, que cela plaise ou non à celui qui a fait ce documentaire, les classes sociales existent partout (même en Colombie!). Quant à l'armée, idem: elle n'a rien d'une institution neutre et elle joue, en Colombie comme ailleurs, un rôle de chien de garde de la bourgeoisie (au même titre que les flics, les juges et les matons... c'est du marxisme élémentaire!).
"Une balle ne fait pas de distinction de classe sociale": certes non, la balle (un misérable morceau de plomb de quelques millimètres...) ne fait pas cette distinction... mais le tireur, si!


Dernière édition par le Jeu 17 Jan - 5:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinistrespectacle.free.fr/
Le Gauchiste
Passionné(e)


Nombre de messages : 284
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Ne libérez pas la bourgeoise Ingrid Betancourt!   Jeu 17 Jan - 1:59

Des pistes de réflexion, du vieux Léon...


"La guerre civile est la plus cruelle des guerres. Elle ne se conçoit pas sans violences exercées sur des tiers et, tenant compte de la technique moderne, sans meurtre de vieillards et d'enfants. Devons-nous rappeler l'Espagne ? La seule réponse que pourraient nous faire les "amis" de l'Espagne républicaine, c'est que la guerre civile est préférable à l'esclavage fasciste. Mais cette réponse tout à fait juste signifie seulement que la fin (démocratie ou socialisme) justifie dans certaines circonstances "des moyens" tels que la violence et le meurtre. Point n'est besoin de parler du mensonge ! La guerre est aussi inconcevable sans mensonge que la machine sans graissage. A seule fin de protéger les Cortès contre les bombes fascistes, le gouvernement de Barcelone trompa plusieurs fois sciemment les journalistes et la population. Pouvait-il faire autre chose? Qui veut la fin (la victoire sur Franco) doit vouloir les moyens (la guerre civile avec son cortège d'horreurs et de crimes).

Et pourtant le mensonge et la violence ne sont-ils pas à condamner en "eux-mêmes" ? Assurément, à condamner en même temps que la société, divisée en classes, qui les engendre. La société sans antagonismes sociaux sera, cela va de soi, sans mensonge et sans violence. Mais on ne peut jeter vers elle un pont que par les méthodes de violence. La révolution est elle-même le produit de la société divisée en classes dont elle porte nécessairement les marques. Du point de vue des "vérités éternelles" la révolution est naturellement "immorale". Ce qui nous apprend seulement que la morale idéaliste est contre-révolutionnaire, c'est-à-dire au service des exploiteurs. "Mais la guerre civile, -- dira peut-être le philosophe, pris de court -- est une pénible exception. En temps de paix, un mouvement socialiste sain doit se passer de mensonge et de violence." Ce n'est que piteuse dérobade. Il n'y a pas de frontières infranchissables entre la pacifique lutte des classes et la révolution. Chaque grève contient en germe tous les éléments de la guerre civile. Les deux partis en présence s'efforcent de se donner mutuellement une idée exagérée de leur degré de résolution et de leurs ressources. Grâce à leur presse, à leurs agents et à leurs mouchards, les capitalistes cherchent à intimider et démoraliser les grévistes. Lorsque la persuasion se révèle inopérante, les piquets de grève sont, de leur côté, réduits à recourir à la force. On voit ainsi que "le mensonge et pire encore" sont inséparables de la lutte des classes dès sa forme embryonnaire. Il reste à ajouter que les notions de vérité et de mensonge sont nées des contradictions sociales."

source




"Une fois encore à propos d'otages

Cependant, il est possible et même probable que nos moralistes refuseront de dire franchement ce qui est, et tenteront de tergiverser : " tuer au front est une chose, fusiller des otages en est une autre ! " Cet argument, comme nous allons le démontrer, est tout simplement stupide. Mais arrêtons-nous un instant sur le terrain choisi par notre adversaire. Le système des otages, dites-vous, est immoral en soi " ? Bien, c'est ce que nous voulons savoir. Mais ce système a été pratiqué au cours de toutes les guerres civiles de l'histoire ancienne et moderne. Il est évident qu'il découle de la nature même de la guerre civile. On ne peut en tirer qu'une seule conclusion, à savoir que la nature même de la guerre civile est immorale. C'est le point de vue du journal La Croix qui estime qu'il est nécessaire d'obéir aux pouvoirs en place, car le pouvoir émane de Dieu. Et Victor Serge? Il n'a aucun point de vue réfléchi. Déposer un petit œuf dans le nid d'un autre est une chose, définir sa propre position sur des problèmes historiques complexes est autre chose. J'admets volontiers que des gens d'une moralité aussi transcendante qu'Azana, Caballero, Negrin et Compagnie, s'opposent à toute prise d'otages dans le camp fasciste : des deux côtés il y a des bourgeois, liés par des liens matériels et familiaux et convaincus que, même en cas de défaite, non seulement ils seront saufs, mais conserveront leurs moyens d'existence. A leur manière, ils ont raison. Mais les fascistes, eux, ont pris des otages parmi les révolutionnaires prolétariens et, de leur côté, les prolétaires ont pris des otages dans la bourgeoisie fasciste, car ils savaient quelle menace une défaite, même partielle et temporaire, impliquait pour eux et leurs frères de classe.

Victor Serge lui-même ne peut dire exactement ce qu'il veut : purger la guerre civile du système des otages, ou purger l'histoire humaine de la guerre civile ? Étant incapable d'aborder les phénomènes dans leurs relations internes, le moraliste petit-bourgeois pense de façon épisodique, fragmentaire, morcelée. Artificiellement mise à part, la question des otages est pour lui un problème particulier, indépendant des conditions générales qui engendrent les luttes armées entre les classes. La guerre civile est l'expression suprême de la lutte des classes. Tenter de la subordonner à des " normes " abstraites signifie, en fait, désarmer les travailleurs face à un ennemi armé jusqu'aux dents. Le moraliste petit-bourgeois est le frère cadet du pacifiste bourgeois qui veut " humaniser " la guerre en interdisant l'utilisation de gaz toxiques, le bombardement des villes ouvertes, etc. Politiquement, de tels programmes ne servent qu'à détourner les masses de penser à la révolution comme au seul moyen de mettre fin à la guerre.

La peur de l'opinion publique bourgeoise

Empêtré dans ses contradictions, le moraliste pourrait peut-être arguer qu'une lutte " ouverte " et " consciente " entre les deux camps est une chose, mais que la capture de non-participants à cette lutte en est une autre. Pourtant cet argument n'est qu'un misérable et stupide faux-fuyant. Dans le camp de Franco se battaient des dizaines de milliers d'hommes qui étaient dupés et enrôlés de force. Les armées républicaines ont tiré sur ces malheureux captifs d'un général réactionnaire et tué nombre d'entre eux. Était- ce moral ou immoral ? Bien plus, la guerre moderne, avec son artillerie à longue portée, son aviation, ses gaz toxiques, avec son cortège de destruction, de famine, d'incendies et d'épidémies, implique inévitablement la perte de centaines de milliers et de millions d'individus, vieillards et enfants compris, qui ne participent pas directement à la lutte. Les gens pris comme otages sont au moins liés par des liens de classe et de solidarité familiale à l'un des camps, ou aux dirigeants de ce camp. En prenant des otages, on peut procéder à une sélection consciente. Un projectile tiré par un canon ou lâché par un avion est envoyé au hasard et peut facilement détruire non seulement des ennemis mais aussi des amis, ou leurs parents et leurs enfants. Pourquoi alors nos moralistes mettent-ils à part la question des otages et ferment-ils les yeux sur le contenu de la guerre civile dans son ensemble ? Parce qu'ils ne sont pas particulièrement courageux. En tant qu'hommes de " gauche ", ils ont peur de rompre ouvertement avec la révolution. Comme petits-bourgeois, ils ont peur de couper les ponts avec l'opinion publique officielle. En condamnant le système des otages ils se sentent en bonne compagnie – contre les bolcheviks. Ils gardent lâchement le silence sur l'Espagne. Contre le fait que les travailleurs espagnols, les anarchistes et les poumistes aient pris des otages, V. Serge protestera... dans vingt ans."

source
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinistrespectacle.free.fr/
Le Gauchiste
Passionné(e)


Nombre de messages : 284
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Ne libérez pas la bourgeoise Ingrid Betancourt!   Jeu 17 Jan - 2:30

sherk a écrit:
Je ne savais pas qu’ils étaient staliniens

Forcément! Ils ne s'en vantent pas, les salauds! lol! Wink


sherk a écrit:
Pour ce qui est de stalinien /fasciste et bien ils ont quant même des points commun.Leur différence est ‘’idéologique’’

Oui, oui, voila, leurs idéologies sont différentes; et, non seulement différentes, mais même opposées (logique! puisque le fascisme est une idéologie qui séduit les masses petites-bourgeoises tandis que le stalinisme tire sa légitimité (usurpée) de la classe ouvrière).

sherk a écrit:
L’idéal des stals est plus acceptable ces le même que le mien !

Oui, à condition, toutefois, de ne parler que des stals "du rang" - des simples moutons, quoi. Parce qu'avec les dirigeants staliniens du monde entier, je suis certain qu'on n'a aucun idéal commun!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinistrespectacle.free.fr/
sherk
Assassin Family


Nombre de messages : 446
Age : 36
Localisation : belgique
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Ne libérez pas la bourgeoise Ingrid Betancourt!   Jeu 17 Jan - 21:13

Le Gauchiste a écrit:
sherk a écrit:
Je ne savais pas qu’ils étaient staliniens

Forcément! Ils ne s'en vantent pas, les salauds! lol! Wink


sherk a écrit:
Pour ce qui est de stalinien /fasciste et bien ils ont quant même des points commun.Leur différence est ‘’idéologique’’

Oui, oui, voila, leurs idéologies sont différentes; et, non seulement différentes, mais même opposées (logique! puisque le fascisme est une idéologie qui séduit les masses petites-bourgeoises tandis que le stalinisme tire sa légitimité (usurpée) de la classe ouvrière).

sherk a écrit:
L’idéal des stals est plus acceptable ces le même que le mien !

Oui, à condition, toutefois, de ne parler que des stals "du rang" - des simples moutons, quoi. Parce qu'avec les dirigeants staliniens du monde entier, je suis certain qu'on n'a aucun idéal commun!



En général les staliniens ce disent ‘’marxiste léniniste’’et guévariste!Logique puisque staline représente le marxisme léninisme a l’état pure selon leur point de vue.
Je me suis retrouvé avec des stals qui me l’avaient bien caché aussi……..Ils ce servent de la popularité du Che et de ces citation pro staline pour t’amené petit a petit a staline.En faite ils éssayent carrément de t’endoctriné.



Et certes ils ne sont pas fasciste mais si des stals genre(soral ou serpov)Ce retrouve a vouloir créé une gauche national au coté du FN ces pas pour rien a mon avis.
A mon avis ces moins fréquent avec un communiste libertaire par exemple.

Et oui je parlais évidement du stalinien mouton qui est complètement sous le dogme de son idéologie.D’ailleur j’arriverai jamais a les comprendre ils sont contradictoire et refuse d’ouvrir les yeux



Tien un amalgame qui me fait rire chez certain gaucho ces de comparé le combat de Che Guévara a celui d’Ingrid Bétancourt.
Renaud lui méme la fait dans son morçeau(dans la jungle)Je ne vois vraiment pas ce qu’ils ont en commun a pars le faite qu’elle ce disait etre entre 2camps opposé et proposait une alternative.
N’empéche si Bétancourt partagait réelment les revendication des farc en condamnant leur méthodes et quelle était guévariste a mon avis elle n’aurait pas vécu longtemps.Dans un pays comme la Colombie lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sheerk.over-blog.com/
[admin]
Suprême Assassin
avatar

Nombre de messages : 1247
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Ne libérez pas la bourgeoise Ingrid Betancourt!   Jeu 17 Jan - 22:16

Non, le documentaire que j'ai vu n'a pas été réalisé par un Marxiste...
IL a été réalisé a Medellin, ville la plus dangereuse de Colombie ou la bourgeoisie là bas est quand même trés peu présente..vu la pauvreté...


Après, la violence comme moyen de révolte...Je suis d'accord mais, Les islamistes radicaux en usent aussi ( exécution sur la voi publique, attentat à la bombe,...) doit on également le cautionner car eux aussi c'est le seul moyen qu'ils ont trouvé?? Pour eux, le combat qu'ils mènent est aussi moral (accorder à tous leur place au paradis..) que celui des armées de libération. ( la comparaison est peut être mal choisit mais doit-on justifier partout la violence car parfois c'est le seul moyen d'expression de ceux qui ne se font pas entendre???)


Jvais pas cautionner non plus le gouvernement de la Colombie, et le gouvernement américains.
Je trouve dommage que les armées de libération s'éloigine de leurs principes initiaux.

Citation :
"Une balle ne fait pas de distinction de classe sociale": certes non, la balle (un misérable morceau de plomb de quelques millimètres...) ne fait pas cette distinction... mais le tireur, si!
Justement là non, et c'est ce que je voulais dire. Quand il y a conflit, l'armée et la guérilla s'entretue et malheureusement il y a des morts. Des gens du peuple qui peut être étaient des sympathisants à la cause des FARC. Les distinctions de classe sociale en temps de guerre...Mais la guerre ne justifie pas tout.

_________________
chaque société hérite de la jeunesse qu'elle mérite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raziel
Nouveau
avatar

Nombre de messages : 38
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: Ne libérez pas la bourgeoise Ingrid Betancourt!   Jeu 17 Jan - 22:42

Le Gauchiste a écrit:
C'est clair qu'il ne faut se faire aucune illusion sur les FARC: staliniens ils sont... et staliniens ils resteront . Ils n'en reste pas moins vrai que la prise d'otages issus de la bourgeoisie est, dans le contexte colombien (celui d'un État autoritaire s'appuyant sur des groupes paramilitaires fascistes), un acte de légitime défense.

Laughing

les gentils robins des bois qui vivent dans la forêt de sherwood ! j'adore

une balle dans le crâne et au goulag les gauchos
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Gauchiste
Passionné(e)


Nombre de messages : 284
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Ne libérez pas la bourgeoise Ingrid Betancourt!   Ven 18 Jan - 0:46

sherk a écrit:
Et certes ils ne sont pas fasciste mais si des stals genre(soral ou serpov)Ce retrouve a vouloir créé une gauche national au coté du FN ces pas pour rien a mon avis.
A mon avis ces moins fréquent avec un communiste libertaire par exemple.

lol! Oui, j'pense aussi... Parce que les communistes libertaires n'ont pas cette fascination exacerbée pour les méthodes coercitives - contrairement aux staliniens.

sherk a écrit:
Tien un amalgame qui me fait rire chez certain gaucho ces de comparé le combat de Che Guévara a celui d’Ingrid Bétancourt.
Renaud lui méme la fait dans son morçeau(dans la jungle)

lol! lol! lol! lol! lol! Quel con, ce Renaud! Quand j'vois ce qu'il était (jusqu'à son album "à la belle de mai") et ce qu'il est devenu Arrow Shocked Shocked Shocked Shocked Shocked
J'le considère définitivement comme un pauvre type depuis qu'il a écrit un article dans Ouest France (journal torchon de la droite dure catholique), début 2005, expliquant pourquoi il fallait voter oui au referendum sur le TCE. Il n'avait bien sûr aucun argument, le pauvre Renaud, alors il expliquait qu'il votait oui parce que le FN, les staliniens et les "trotskards" (c'est le terme qu'il utilisait) appelaient à voter non. lol!
Ca, c'est ce qu'on appelle un raisonnement politique qui tient la route mrgreen !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinistrespectacle.free.fr/
hot sauce
Assassin Family
avatar

Nombre de messages : 424
Age : 36
Emploi : Futur chômeur ?
Date d'inscription : 05/11/2005

MessageSujet: Re: Ne libérez pas la bourgeoise Ingrid Betancourt!   Ven 18 Jan - 0:58

Pris sur un autre forum:

n'importe où en europe on peut consulter le site internet du FARC,sauf en France...pour vous français, l'info est forbidden!!
hi hi hi
www.farcep.org

Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Gauchiste
Passionné(e)


Nombre de messages : 284
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Ne libérez pas la bourgeoise Ingrid Betancourt!   Ven 18 Jan - 1:21

admin a écrit:
Après, la violence comme moyen de révolte...Je suis d'accord mais, Les islamistes radicaux en usent aussi ( exécution sur la voi publique, attentat à la bombe,...) doit on également le cautionner car eux aussi c'est le seul moyen qu'ils ont trouvé?? Pour eux, le combat qu'ils mènent est aussi moral (accorder à tous leur place au paradis..) que celui des armées de libération. ( la comparaison est peut être mal choisit mais doit-on justifier partout la violence car parfois c'est le seul moyen d'expression de ceux qui ne se font pas entendre???)


Nan, j'trouve la comparaison intéressante. Mais, à partir du moment où je ne cautionne pas les objectifs (les fins) des islamistes (radicaux ou pas), je ne suis pas concerné par la question de savoir si leurs méthodes (les moyens) sont ou non les plus appropriées. Qu'ils se démerdent, quoi! mrgreen Alors que, pour les FARC (et bien d'autres guérillas), la question se pose...

Il est important, je pense, de bien faire la différence entre ce constat que la violence est un instrument dont les classes exploitées ne peuvent se passer, et la glorification de la violence en elle-même, de la violence pour la violence - si chère aux fascistes (qui, comme chacun sait, vouent un culte au militarisme qui relève de la pathologie)





admin a écrit:
Citation :
"Une balle ne fait pas de distinction de classe sociale": certes non, la balle (un misérable morceau de plomb de quelques millimètres...) ne fait pas cette distinction... mais le tireur, si!

Justement là non, et c'est ce que je voulais dire [...]

Autant pour moi, alors. Wink


Dernière édition par le Sam 19 Jan - 0:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinistrespectacle.free.fr/
sherk
Assassin Family


Nombre de messages : 446
Age : 36
Localisation : belgique
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Ne libérez pas la bourgeoise Ingrid Betancourt!   Ven 18 Jan - 23:09

hot sauce a écrit:
Pris sur un autre forum:

n'importe où en europe on peut consulter le site internet du FARC,sauf en France...pour vous français, l'info est forbidden!!
hi hi hi
www.farcep.org

Rolling Eyes



Méme dans la jungle ils'ont un site!En tout cas moi j'arrive pas a allé sur le site Wink (et je suis pas en france Laughing )



Citation :
Quel con, ce Renaud! Quand j'vois ce qu'il était (jusqu'à son album "à la belle de mai") et ce qu'il est devenu


Oui ben ces sa l'ésprit 68!On est trop jeune pour comprendre plus tard on comprendra!
Enfin on comprendra étre devenu des vendus si sa arrive lol!
Et moi je connais pas trop Renaud mais j'aime quelque vieux morçeau....De systeme tu m'aura pas! il est passé a systéme tu ma eu!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sheerk.over-blog.com/
Le Gauchiste
Passionné(e)


Nombre de messages : 284
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Ne libérez pas la bourgeoise Ingrid Betancourt!   Sam 19 Jan - 0:36

Ouais, quand j'écoute "Société tu m'auras pas", j'ai de la peine pour Renaud. Il paraissait si sincèrement révolté, à l'époque... Et maintenant Shocked ...
D'ailleurs, il reconnait lui-même qu'il est passé de l'autre côté de la barricade, dans le morceau sur les "bobos":

"Ma plume est un peu assassine
Pour ces gens que je n'aime pas trop
Par certains côtés, j'imagine...
Que j'fais aussi partie du lot
"


'fin bon, j'écoute toujours avec plaisir ses anciens morceaux: Hexagone, Où c'est qu'j'ai mis mon flingue, Les charognards, Le déserteur, Triviale poursuite, Étudiant poil aux dents...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinistrespectacle.free.fr/
sherk
Assassin Family


Nombre de messages : 446
Age : 36
Localisation : belgique
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Ne libérez pas la bourgeoise Ingrid Betancourt!   Sam 19 Jan - 4:01

Ha oui ces ''société tu m'aura pas''et pas systéme lol! Et il était sincére a mon avis!Mais l'alcool lui a un peu rongé le cerveau.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sheerk.over-blog.com/
sherk
Assassin Family


Nombre de messages : 446
Age : 36
Localisation : belgique
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Ne libérez pas la bourgeoise Ingrid Betancourt!   Dim 23 Mar - 9:26

Un texte qui vient de la fédération anarchiste du Vénézuela et qui parle des tension avec la Colombie:


Castro l'a dit: «Le vacarme de la guerre résonne fort en Amérique du Sud».
L'escalade verbale entre Uribe et Chavez semble être plus que de la rhétorique. Des
chars d'assaut envoyés à la frontière, des ambassadeurs chassés, des discours
enflammés et des apparitions publiques qui nous mènent à l'antichambre de
l'affrontement. Peut-être que ce ne sera pas cette fois, mais la situation est
alarmante. Peut-être que les torrents rentreront dans leurs lits, en attendant la
prochaine occasion de déclencher le conflit. Je souhaite de tout coeur que cela
n'arrivera jamais, parce que, quelles que soient les circonstances, la perspective
de voir nos peuples s'entre-tuer pour des intérêts d'Etat me dégoute. Mais pour
l'instant tout semble sombre.

La vérité, c'est que la rhétorique belliqueuse favorise autant Uribe que Chavez,
celui-ci peut-être plus. La vérité, c'est que le discours révolutionnaire du
Comandante a connu des jours meilleurs. Après la défaite du 2 décembre, la première
volée électorale qu'il a reçue, les vannes de mécontentement au sein du chavisme se
sont ouvertes. Pas le mécontentement à haute déclarations vu à la télévision, mais
celui des gens qui se sont abstenus et ont entrainé la défaite de la réforme
constitutionnelle, les mêmes qui sont fatigués des étagères vides des supermarchés
et des missions abandonnées pendant que la bourgeoisie bolivarienne roule en
voitures de luxe. Les mêmes qui dénoncent la corruption et confrontent le ministère
du Travail et de la bureaucratie et qui se font tirer dessus par la Garde nationale
en retour. Les mêmes que les chavistes proches de la présidence traitent
de déviationnistes de gauche, d'ultra-gauche ou d'anarchistes, dont on dit qu'il ne
sont pas prêt pour le socialisme après neuf ans d'attente pour des gestes réels,
qui désespèrent de voir Chavez flirter avec la droite depuis quelques mois. Les
mêmes à qui s'adressent les appels à la discipline interne du pouvoir constitué qui
se multiplient, exigeant l'unité pour la prochaine bataille électorale. Ceux et
celles qui se plaignent dans le PSUV (le parti socialiste du Vénézuela) sont
sommairement expulsés, même quand ils ne font que dénoncer la corruption, même si
le dit parti n'est pas encore officiellement constitué, n'a pas de statuts, mais a
déjà un
comité disciplinaire.

Ce n'est pas la première fois que, lorsque la rhétorique révolutionnaire d'un
mouvement populiste est épuisée, il recourt à un nationalisme agressif à la
véhémence rancie. C'est le meilleur remède contre la dissidence, car quand vous
avez un ennemi extérieur, vous pouvez le confondre avec n'importe quelle menace
intérieure à la stabilité du régime, résolvant ainsi le problème des dissidents,
qui sont sûrement sur la liste de paie de l'ennemi. Nous avons vu beaucoup de cela
au Venezuela: Bill Gates implante des puces sur les personnes, un tel travaille
pour la CIA, toujours le même vieux disque. En réalité, un conflit ouvert avec la
Colombie ne sera qu'un pas de plus dans ce jeu, une bouée de sauvetage pour le
régime chaviste qui perd ses repères et sa base. Il n'est donc pas étrange que,
bien que le problème principal soit la violation de la frontière équatorienne par
les troupes colombiennes, le gouvernement vénézuélien ne perde pas de temps pour
entrer dans la mêlée et augmente la tension en envoyant des troupes, au lieu de
jouer un rôle pacificateur qui pourrait vraiment avoir un bénéfice diplomatique.

Bien sûr, Uribe aussi se nourrit de la confrontation. Il a fait tout son possible
pour saboter tout dialogue avec la guérilla, pour entraver la libération des
otages, afin de faire avancer une solution armée au conflit (ou de son maintien
d'ailleurs) puisqu'il est arrivé au pouvoir avec ce discours et qu'il explore déjà
les possibilités de
réforme constitutionnelle lui permettant de se faire réélire. Il y a des
coïncidences effrayantes. Sinon, expliquez-moi pourquoi tuer le médiateur chargé de
la libération de Betancour, quelques jours avant l'annonce de sa libération. Il a
montré clairement qu'il préfère la guerre à un accord pacifique. Il a toujours eu
une politique agressive et para-militaire prétendant que l'organisation d'une
société civile vivante et active, une nécessité urgente en Colombie après soixante
années de conflit, équivaut à soutenir la guérilla. Un autre exemple de la façon
dont un ennemi connu peut être utilisé pour persécuter ce qui est perçu comme une
menace. Bien sûr, les États-Unis appuient tout cela puisqu'ils seraient le plus
grand bénéficiaire d'un conflit qui plongerait le Venezuela dans une longue guerre.
Rien ne plait plus aux pouvoirs établis que les consensus, et Uribe l'exploite
autant qu'il peut, au point d'accuser tout critique du gouvernement d'être dans la
guérilla, sans parler des syndicalistes, des défenseurs des droits humains, etc.
Uribe a parié sur le pouvoir personnel au détriment de tous les Colombiens, qui
sont aujourd'hui menacés de la possibilité d'une guerre, en raison de la reprise de
la part des FARC d'une campagne d'attaques aveugles. Il y a peu de peuples dans le
monde qui souffrent autant de leur gouvernement que le peuple colombien.

Après tout, une guerre ne servirait qu'à maintenir les deux dirigeants au pouvoir,
chacun agitant les haillons de couleur qui émeuvent tant les nationalistes, des
drapeaux qui dans ce cas sont douloureusement similaires. En attendant, les gens
saignent dans une guerre qui n'est pas leur guerre, qui n'est pas la guerre de
classes, pleurant pour leurs enfants, sans la justice, le pain ou la paix. Ni la
bourgeoisie, ni les politiciens, ni les bureaucrates n'y prendront part.

Mais dans le cas du Venezuela, il y a un mal ajouté. Qu'il n'y ait aucun doute que,
en cas de guerre, la révolution est finie. Une fois de plus, les politiciens de
tout acabit échangeront l'espoir des gens pour des miroirs et des breloques, dans
ce cas, des balles et des coups de machette. En cas de confrontation armée, rien
n'est plus facile que d'intensifier les appels à la discipline, de disqualifier
ceux qui osent prendre des initiatives en dehors du gouvernement, rien de plus
facile que de changer les priorités et passer de la construction du socialisme pour
le XXIe siècle à la victoire dans la guerre. Le socialisme pour plus tard, quand il
sera à nouveau possible, voire pas du tout. Nous avons vu ça en Espagne, à la fin
nous n'avons pas de révolution, nous perdons la guerre et nous sommes vraiment
floués.

Comme d'habitude, la seule solution à la folie gouvernementale est le peuple, une
vague révolutionnaire qui emportera les démagogues, les populistes et ceux qui
vendent leurs mères des deux côtés de la frontière, qui se consacre à l'édification
d'une société civile d'en bas forte, indépendante de ce pouvoir qui essaie toujours
de se perpétuer, une société auto-gérée, révolutionnaire par vocation et par
nature, sans dirigeants aveuglants, internationaliste et solidaire, qui reconnait
que les peuples de Colombie, du Venezuela et de l'Équateur sont des frères pour de
nombreuses raisons, frères dans la souffrance, frères dans leur désir de paix et de
justice. Pour commencer, rien ne vaut mieux que de ne pas être trompés par les
déclarations de guerre en rejetant totalement la guerre entre les États, toute
guerre, sauf la guerre de classes. La mobilisation en faveur de la paix doit
commencer dès que les tambours de la guerre commencent à résonner. Plus tard, il
sera trop tard.

Miguel Martin
[Plus d'info sur le site du journal El Libertario :
http://www.nodo50.org/ellibertario ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sheerk.over-blog.com/
pietvandiet
Habitué(e)
avatar

Nombre de messages : 166
Date d'inscription : 27/10/2005

MessageSujet: Re: Ne libérez pas la bourgeoise Ingrid Betancourt!   Jeu 3 Juil - 14:37

Ben voila, c'est fait ! Ca tombe au bon moment pour Sarko même s'il n'a rien à voir dans l'histoire cette fois ! On va rapidement oublier cette petite crise de l'armée pour passer à des nouvelles "bien plus réjouissantes" !

Par contre, on a déjà bien vu qu'il essayait de s'attribuer, en partie, les mérites cette libération. C'en est presque drôle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
[admin]
Suprême Assassin
avatar

Nombre de messages : 1247
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: Ne libérez pas la bourgeoise Ingrid Betancourt!   Jeu 3 Juil - 15:44

Normal, c'est la première promesse qu'il tient depuis qu'il est élu ahah

_________________
chaque société hérite de la jeunesse qu'elle mérite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Gauchiste
Passionné(e)


Nombre de messages : 284
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Ne libérez pas la bourgeoise Ingrid Betancourt!   Jeu 3 Juil - 17:22

MDR! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinistrespectacle.free.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ne libérez pas la bourgeoise Ingrid Betancourt!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ne libérez pas la bourgeoise Ingrid Betancourt!
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Se libérer du connu!
» Visite du général De Gaulle à Bruxelles (libération)
» Journal d'Ingrid
» Recrutement: Garde bourgeoise
» R.I.P. Ingrid Pitt

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.:Assassin Productions:. :: Vos opinions :: La censure est présente pourtant l'information circule!-
Sauter vers: