.:Assassin Productions:.


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 nul ne devrait jamais travailler.

Aller en bas 
AuteurMessage
[admin]
Suprême Assassin
avatar

Nombre de messages : 1247
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: nul ne devrait jamais travailler.   Lun 26 Nov - 0:38

BOB BLACK – TRAVAILLER, MOI ? JAMAIS !
un avant gout :
Le travail est la source de toute misère, ou presque, dans ce monde. Tous les maux qui se peuvent nommer proviennent de ce que l'on travaille - ou de ce que l'on vit dans un monde voué au travail. Si nous voulons cesser de souffrir, il nous faut arrêter de travailler.



Cela ne signifie nullement que nous devrions arrêter de nous activer. Cela implique surtout d'avoir à créer un nouveau mode de voie fondé sur le jeu ; en d'autres mots, une révolution ludique. Par "jeu", j'entends aussi bien la fête que la créativité, la rencontre que la communauté, et peut-être même l'art. On ne saurait réduire la sphère du jeu aux jeux des enfants, aussi enrichissants que puissent être ces premiers amusements. J'en appelle à une aventure collective dans l'allégresse généralisée ainsi qu'à l'exubérance mutuelle et consentie librement. Le jeu n'est pas passivité. Il ne fait aucun doute que nous avons tous besoin de consacrer au pur délassement et à l'indolence infiniment plus de temps que cette époque ne le permet, quels que soient notre métier ou nos revenus. Pourtant, une fois que nous nous sommes reposés des fatigues du salariat, nous désirons presque tous agir encore. Oblomovisme et Stakhanovisme ne sont que les deux faces de la même monnaie de singe.



La vie ludique est totalement incompatible avec la réalité existante. Tant pis pour la "réalité", ce trou noir qui aspire toute vitalité et nous prive du peu de vie qui distingue encore l'existence humaine de la simple survie. Curieusement - ou peut-être pas - toutes les vieilles idéologies sont conservatrices, en ce qu'elles crient aux vertus du travail. Pour certaines d'entre elles, comme le marxisme et la plupart des variétés d'anarchisme, leur culte du travail est d'autant plus féroce qu'elles ne croient plus à grand'chose d'autre.



La gauche modérée dit que nous devrions abolir toute discrimination dans l'emploi. J'affirme pour ma part qu'il faut en finir avec l'emploi. Les conservateurs plaident pour une législation garantissant le droit au travail. Dans la lignée du turbulent gendre de Marx, Paul Lafargue, je soutiens le droit à la paresse. Certains gauchistes jappent en faveur du plein-emploi. J'aspire au plein chômage, comme les surréalistes - sauf que je ne plaisante pas, moi. Les sectes trotskistes militent au nom de la révolution permanente. Ma cause est celle de la fête permanente.



Or, si tous ces idéologues sont des partisans du travail - et pas seulement parce qu'ils comptent faire accomplir leur labeur par d'autres -, ils manifestent d'étranges réticences à le dire. Ils peuvent pérorer sans fin sur les salaires, les horaires, les conditions de travail, l'exploitation, la productivité, la rentabilité ; ils sont disposés à parler de tout sauf du travail lui-même. Ces experts, qui se proposent de penser à notre place, font rarement état publiquement de leurs conclusions sur le travail, malgré son écrasante importance dans nos vie. Les syndicats et les managers sont d'accords pour dire que nous devrions vendre notre temps, nos vies en échange de la survie, même s'ils en marchandent le prix. Les marxistes pensent que nous devrions être régentés par des bureaucrates. Les libertariens estiment que nous devrions travailler sous l'autorité exclusive des hommes d'affaires. Les féministes n'ont rien contre l'autorité, du moment qu'elle est exercée par des femmes. Il est clair que ces marchands d'idéologies sont sérieusement divisés quant au partage de ce butin qu'est le pouvoir. Il est non moins clair qu'aucun d'eux ne voit la moindre objection au pouvoir en tant que tel et que tous veulent continuer à nous faire travailler.



Vous êtes peut-être en train de vous demander si je plaisante ou si je suis sérieux. Je plaisante et je suis sérieux. Être ludique ne veut pas dire être ridicule. Le jeu n'est pas forcément frivole, même si frivolité n'est pas trivialité : le plus souvent, on devrait prendre la frivolité au sérieux. J'aimerais que le vie soit un jeu - mais un jeu dont l'enjeu soit vertigineux. Je veux jouer pour de vrai.

Prolétaires du monde entier, reposez-vous !
La suite ICI
Le bouquin :

«J'suis pas allée bosser ce matin…
J'crois pas que j'irai demain.
Prenons le contrôle de nos vies
et vivons pour jouir, non pour souffrir.»

j'en profite pour signaler que Volem rien foutre al païs le dernier (avant denier) Pierre Carles sera dispo le 1er décembre ici : http://atheles.org/cpproductions/aparaitre.html

_________________
chaque société hérite de la jeunesse qu'elle mérite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hot sauce
Assassin Family
avatar

Nombre de messages : 424
Age : 36
Emploi : Futur chômeur ?
Date d'inscription : 05/11/2005

MessageSujet: Re: nul ne devrait jamais travailler.   Lun 17 Déc - 23:23

Petit extrait de Diatribe d un fanatique par Jean-Pierre Voyer à propos de l esclavage salarié.


Depuis qu'en devenant salarié, l'esclave est devenu propriétaire de son corps il se croit libre, alors qu'il doit se livrer à une pratique déshonorante qui était épargnée à l'esclave antique ou au serf médiéval : il doit se prostituer (ce qu'aurait été bien en peine de faire l'esclave antique puisqu'il n'était pas propriétaire de son corps). Il est seulement libre de se prostituer. L'esclave moderne dispose de la plus stricte liberté, celle qui lui est nécessaire pour pouvoir se prostituer, chose impossible pour un esclave stricto sensu. C'est le fameux principe de moindre liberté. Cette moindre liberté est vitale pour les maîtres des esclaves, aussi n'ont-ils de cesse de mettre fin à tout ce qui pourrait lui faire obstacle. Ce prétendu individu qui est prétendument de plus en plus libre est seulement de plus en plus libre de se prostituer et le libre-échangisme militant veille à ce que cette liberté croisse sans cesse, sans entraves, sans freins, sans obstacles. La nature a horreur de Lipovetsky. Puisque les sphères de l'amour et de la confiance, la famille et la religion, ont été à peu près complètement détruites par le dollar, le prétendu individu est totalement livré ą la prostitution. Comme il n'a pas d'argent ni de famille pour le soutenir et que toute la confiance s'est réfugiée dans le dollar, personne n'a confiance en lui et il est donc contraint de se prostituer (si vous avez un moment lisez l'ordure cynique Malthus* qui a au moins le mérite de la franchise) et, évidemment, sommé de se conformer tout en étant « innovant », double bind. Je t'en foutrai de l'innovation. En France, la passe hebdomadaire fut ramenée récemment par les maquereaux à trente-cinq heures mais elle n'est pas supprimée pour autant. La prostitution ne se conçoit pas sans maquereaux. Le fameux « Ne travaillez jamais » lettriste est généralement mal entendu. Il ne signifie pas « ne vous activez jamais », « ne faites rien » (c'est le rêve de toute pute, se retirer sur la Côte d'Azur avec son mac et ne rien faire) mais ne vous prostituez jamais, ne faites pas de passes, c'est mauvais pour la vie. Au lieu de cela, activez-vous, agissez. Si vous n'y parvenez pas, engagez-vous dans la Légion, renoncez volontairement à votre liberté, servez volontairement, gratuitement, mais ne faites pas de passes. Les Grecs ont accompli deux miracles : construire leurs villes à la campagne, obéir librement. Voilà résumée toute la question du monde. Comment bâtir les villes à la campagne et comment obéir librement ? Ce monde ne connaît que liberté pour les uns et prostitution pour les autres. « Ne travaillez jamais » signifie : obéissez librement et non : n'obéissez jamais. La liberté nécessite l'obéissance, l'inverse n'est pas vrai. La liberté du travail n'est que la liberté de la prostitution. On comprend aisément qu'elle intéresse les maquereaux au plus haut point.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FlaÏ
Occasionnel
avatar

Nombre de messages : 64
Date d'inscription : 18/01/2008

MessageSujet: Re: nul ne devrait jamais travailler.   Ven 18 Jan - 15:36

je ne serais pas cappable de faire la même métaphore, mais je suis assez d'accord avec toi hot sauce, finallement le problème du travail dans notre société, c'est qu'il n'a qu'une valeure marchande, et pas du tout un rôle dans l'épanouissement de l'individu, si tant est que l'individu puisse s'épanouir dans la société, ce dont je doute fortement.

la situation politico-économique actuelle en France, à la lueure de cette réflexion est terrifiante, et l'image de la prostitution colle parfaitement. pouvoir d'achat, chômmage, la société de consomation joue son rôle aussi, mais la survie de l'individu dans la société dépend de son travail, travailler plus, pour survivre, perdre sa vie à la gagner...

je ne sais qui a dit face à pécresse, pendant le débat sur la réforme de l'université (normalement j'évite sle sujet, mais... bref!) "c'est pas seulement travailler plus pour gagner plus, c'est travailler plus pour penser moins!" toutes les valeurs d'épanouissement de l'individu disparaissent dérière les soit disans valeurs du travail, on retire même au savoir sa valeur intellectuelle, pour lui donner une valeur économique

eh oui, le dollar a détruit beaucoup de valeurs humaines, en fait plus généralement, l'économie, la finance, c'est complétement inhumain, enfin personellement, quand on me parle de crise financière, ça me fait trop rigoler, j'attends que ça, que tout s'éfondre, enfin!

sur la fête et la révolution permanente, il faut relire Hakim Bey dans TAZ (ok, ok, c'est le seul bouquin socio-politique que j'ai lu..)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hot sauce
Assassin Family
avatar

Nombre de messages : 424
Age : 36
Emploi : Futur chômeur ?
Date d'inscription : 05/11/2005

MessageSujet: Re: nul ne devrait jamais travailler.   Ven 18 Jan - 17:49

Tout d abord, bienvenue Flaï Wink (si tu pouvai dire en 2-3 mots comment t as decouvert ce forum).

Pour le texte de Voyer et sa metaphore sur la prostitution..je trouve les exemples que donne
Barbara Ehrenreich dans son livre l'Amerique pauvre
plutot complementaires où à chaque petit job qu elle postulait, il fallait sans cesse remplir des questionnaires en jouant le jeu du parfait petit esclave salarié bien docile et tout ce que cela comporte d humiliant, où l entreprise doit etre un lieu d epanouissement avec des chefs qui sont là pour coopérer blabla...
Mais après, la critique du travail qui débouche sur un aspect festif comme le livre de Bob Black (que j ai pas lu), je suis sceptique car cette critique peut etre tres facilement récupérée par le systeme capitaliste, et on en a de plus en plus l illustration avec des managers qui conseillent aux entreprises pour améliorer le climat de détendre les salariés de divers manieres (massages, jeux en groupe, jeux vidéos, baby-foot, développemetn personnel etc) bref, tout le pain-pain de la société hédoniste-"libertaire"* et son atmosphère de fête permanente (Philippe Muray et son homo-festivus), ce qui ressemble à l image de la merde et du sucre qu on mélange à peu comme le developpement durable.

* je mets des guillemets car pour moi, une societe authentiquemment libertaire, c est synome à communiste cad au moins dans ses grands axes à une societe sans classes (ce qui veut pas dire sans distinction Wink ), sans Etat et son organisation hierarchique/verticale .


Sinon Flaï, quand tu dis "si tant est que l'individu puisse s'épanouir dans la société, ce dont je doute fortement", t entends quoi par là et surtout par société ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FlaÏ
Occasionnel
avatar

Nombre de messages : 64
Date d'inscription : 18/01/2008

MessageSujet: Re: nul ne devrait jamais travailler.   Ven 18 Jan - 19:12

hot sauce a écrit:
Tout d abord, bienvenue Flaï Wink (si tu pouvai dire en 2-3 mots comment t as decouvert ce forum).

Sad personne se souviens de moi... je suis fly'->FlaÏ, euh j'ai perdu mon mot de passe, j'ai préféré créer un nouveau, comptes, enfin bref, moi j'étais déjà là sur le site officiel d'as prod...!!! mais c'est quand même gentil de me souhaiter la bienvenue, j'étais pas passer depuis longtemps^^

je crois à l'individu et pas à la masse, je pense comme je sais plus quel philosophe que la société aliène l'individu, dans la société, l'Homme est citoyen ("cette chose publique sui se substitue à l'individu"), consomateur, opinion publique, avant d'être un individu

ce que j'entends par société? peut-être l'organisation politique?... je ne crois pas non plus en la politique... je dis pas que l'organisation tribale est forcément mieux, mais disons, que si l'Homme à l'état de nature ne fait qu'un avec elle, l'Homme civilisé ne fait qu'un avec la société...
je sais pas si je suis claire, c'est pas franchement claire dans ma tête nan plus^^

je pense qu'il ne faut pas voir la fête permanente comme divertissement au sens pascalien du terme, mais plutôt comme un festival, ou un moment de partage permanant, c'est vrai que c'est trop facil de distraire la masse pour qu'elle soit bien sage, ça s'appelle la société des loisirs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hot sauce
Assassin Family
avatar

Nombre de messages : 424
Age : 36
Emploi : Futur chômeur ?
Date d'inscription : 05/11/2005

MessageSujet: Re: nul ne devrait jamais travailler.   Ven 18 Jan - 19:42

je t avoue que je suis pas sur d avoir trop pigé fly..en gros t opposes société et individu si j ai bien compris? admettons même si je trouve cette idée étrange, d autant que pour moi, un individu seul, ça existe pas..d'une part, la survie de l espèce en dépend d'un point de vue biologique, d'autre part, on en revient à Robinson Crusoé sur son île, l'homo-economicus d'où parte les fameuses théories bourgeoises, sans compter qu'un individu seul, qui donc ne partage pas, ne communique pas me parait franchement pas attrayant, genre animal...mais là c est peut etre pas ça que tu voulai dire.

Donc pour revenir à ton opposition société/individu, si opposition il y a, comment tu peux concevoir un début de solution au problème? n y vois absolument pas de provoc de ma part, juste que ça m intrigue.

Enfin, si t as envie de lire des textes sur l individu/société, sur ce lien, tu trouveras en milieu de la page à Philosophie des textes de Décombes où il me semble (je les ai pas lu mais vu les titres) qu il traite de ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FlaÏ
Occasionnel
avatar

Nombre de messages : 64
Date d'inscription : 18/01/2008

MessageSujet: Re: nul ne devrait jamais travailler.   Sam 19 Jan - 17:26

ça me paraît assez évident que l'individu se perd dans la société, vivre en société, ça implique des obligations sociales, et des pratiques sociales, qu'on fait tous sans se poser de question, sans parler de la pression sociale

une solution au problème? il n'y en a pas, en tout cas, pas globalement, je suis d'accord avec toi, avec la caricature de l'île déserte et tout ça, effictivement, l'Homme nécessairement doit vivre en société, c'est paradoxal, je sais, mais c'est tellement humain le paradoxe
la "solution" elle est individuelle, justement, c'est être capable de vivre dans la société en gardant une part d'individualité, plutôt personelle comme démarche, et effectivement un peu paradoxale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hot sauce
Assassin Family
avatar

Nombre de messages : 424
Age : 36
Emploi : Futur chômeur ?
Date d'inscription : 05/11/2005

MessageSujet: Re: nul ne devrait jamais travailler.   Sam 19 Jan - 17:41

FlaÏ a écrit:
ça me paraît assez évident que l'individu se perd dans la société, vivre en société, ça implique des obligations sociales, et des pratiques sociales, qu'on fait tous sans se poser de question, sans parler de la pression sociale

bah justement, je suis vraiment pas sûr de cette évidence...je sais pas trop comment te le dire, mais j ai l impression que ton individu est très "bourgeois" cad fondamentalement égoïste, où la moindre obligation sociale comme tu dis serait vu comme uen contrainte, comme si l homme était dépourvu d altruisme, de générosité...condition sine-qua-non pour une société décente avec le principe du don et du contre-don.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FlaÏ
Occasionnel
avatar

Nombre de messages : 64
Date d'inscription : 18/01/2008

MessageSujet: Re: nul ne devrait jamais travailler.   Sam 19 Jan - 18:18

l'individualité ne nie pas toute valeure humaine non plus, l'individu social n'est peut-être pas égoïste mais a tendance à être hypocrite
la générosité, l'altruisme ne sont pas forcément des obligations sociales, d'ailleurs, la générosité, si elle est forcée, n'est plus vraiment de la générosité
en fait quand je parle d'obligations sociales, je pense plutôt au fait, par exemple, d'entretenir des relations sociales, genre se sentir obliger de faire semblant d'être ami avec ses collègues de boulot, les exemples les plus criant se trouvent sans doutes dans la société de consomation, les marques, la mode, la pub, le matracage médiatique, l'identification aux stars...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hot sauce
Assassin Family
avatar

Nombre de messages : 424
Age : 36
Emploi : Futur chômeur ?
Date d'inscription : 05/11/2005

MessageSujet: Re: nul ne devrait jamais travailler.   Sam 19 Jan - 18:32

FlaÏ a écrit:
en fait quand je parle d'obligations sociales, je pense plutôt au fait, par exemple, d'entretenir des relations sociales, genre se sentir obliger de faire semblant d'être ami avec ses collègues de boulot, les exemples les plus criant se trouvent sans doutes dans la société de consomation, les marques, la mode, la pub, le matracage médiatique, l'identification aux stars...

sauf que c es obligations sociales certes contraignantes sont très liés à la société actuelle non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FlaÏ
Occasionnel
avatar

Nombre de messages : 64
Date d'inscription : 18/01/2008

MessageSujet: Re: nul ne devrait jamais travailler.   Sam 19 Jan - 19:02

c'est pas une raison pour les accepter, y'a des trucs contraignants qui sont nécessaires, d'ailleurs avec une approche saine, c'est une valeur importante du travail, tu travailles et tu obtiens quelque chose, que tu n'obtiens pas si tu ne travailles pas, même si ça débouche souvent sur les dérives qu'on connaît
mais accepter les obligations sociales qe j'ai cité, ça apporte quoi, à qui? alors oui, elles sont complétement liées à la société actuelle, mais dans les sociétés d'avant c'était pire, la place de la femme, par exemple, quand je pense qu'on nous matraque encore des valeurs genre famille, travail...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hot sauce
Assassin Family
avatar

Nombre de messages : 424
Age : 36
Emploi : Futur chômeur ?
Date d'inscription : 05/11/2005

MessageSujet: Re: nul ne devrait jamais travailler.   Dim 20 Jan - 19:25

pas tout pigé fly Embarassed , sinon tu serai pas une anarchiste individualiste Question

Et pour revenir au topic sur le travail, y a le film de Pierre Carles "Danger Travail" en 2 parties.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
[admin]
Suprême Assassin
avatar

Nombre de messages : 1247
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: nul ne devrait jamais travailler.   Dim 20 Jan - 19:40

(le dernier aussi est excellent Wink)

_________________
chaque société hérite de la jeunesse qu'elle mérite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FlaÏ
Occasionnel
avatar

Nombre de messages : 64
Date d'inscription : 18/01/2008

MessageSujet: Re: nul ne devrait jamais travailler.   Ven 25 Jan - 23:19

mardi ou mercredi, il y avait une émission sur mai 68, ils ont dis pas mal de conneries, mais bref, sur une une image d'archive un mec disait "la société actuelle, c'est produit consomme et tais-toi" qu'est-ce qui a changé depuis? quand ton comportement est dicté par la société, tu n'es plus un individu, tu perds ton individualité dans la société...
moui, un peu individualiste, mais je me soigne^^ anarchiste, on me le dit parfois, mais, moi la politique...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hot sauce
Assassin Family
avatar

Nombre de messages : 424
Age : 36
Emploi : Futur chômeur ?
Date d'inscription : 05/11/2005

MessageSujet: Re: nul ne devrait jamais travailler.   Sam 26 Jan - 3:18

en relisant ton ancien message fly, j ai peut etre pigé un truc lol
quand tu opposes les obligations sociales/normes de la société actuelle avec celle de l ancienne, j ai l impression que tu te mets face à un faux choix...genre la peste et le choléra vu que le patriarcalisme familial n'y est détruit qu'au prix d'un patriarcat d'Etat. L'Etat thérapeutique dont le but est la rationalisation de la vie privée. Christopher Lasch dans "La Culture du Narcissisme"

j'ai bon là ? scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hot sauce
Assassin Family
avatar

Nombre de messages : 424
Age : 36
Emploi : Futur chômeur ?
Date d'inscription : 05/11/2005

MessageSujet: Re: nul ne devrait jamais travailler.   Sam 26 Jan - 3:24

admin a écrit:
(le dernier aussi est excellent Wink)

c'est lequel ? volem rien foutre al païs ? y a juste un petit truc d'1 min sur dailymotion Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FlaÏ
Occasionnel
avatar

Nombre de messages : 64
Date d'inscription : 18/01/2008

MessageSujet: Re: nul ne devrait jamais travailler.   Sam 26 Jan - 12:31

hot sauce a écrit:
en relisant ton ancien message fly, j ai peut etre pigé un truc lol
quand tu opposes les obligations sociales/normes de la société actuelle avec celle de l ancienne, j ai l impression que tu te mets face à un faux choix...genre la peste et le choléra vu que le patriarcalisme familial n'y est détruit qu'au prix d'un patriarcat d'Etat. L'Etat thérapeutique dont le but est la rationalisation de la vie privée. Christopher Lasch dans "La Culture du Narcissisme"

j'ai bon là ? scratch

je l'avais pas penser comme ça, mais oui, c'est ça, "l'état thérapeutique dont le but est la rationalisation de la vie privée", et je pense que par état on peut aussi entendre société. la société patriarcale est devenue société de consomation et des médias.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hot sauce
Assassin Family
avatar

Nombre de messages : 424
Age : 36
Emploi : Futur chômeur ?
Date d'inscription : 05/11/2005

MessageSujet: Re: nul ne devrait jamais travailler.   Sam 26 Jan - 13:38

d'accord, mais à ce moment là donc on n est pas obligé d'en déduire que toute société est mauvaise pour l'homme sous prétexte que ces 2 là sont mauvaises...à moins de penser que ce soit les 2 seules possibles. Rolling Eyes

PS : société et Etat, c est pas la même chose..Etat est fondamentalement vertical dans son organisation, alors que société d'après mon petit larousse vient du latin societas; de socius qui veut dire compagnon. Réunion d'hommes, animaux, vivant en groupes organisés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hot sauce
Assassin Family
avatar

Nombre de messages : 424
Age : 36
Emploi : Futur chômeur ?
Date d'inscription : 05/11/2005

MessageSujet: Re: nul ne devrait jamais travailler.   Sam 26 Jan - 13:48

FlaÏ a écrit:
mardi ou mercredi, il y avait une émission sur mai 68, ils ont dis pas mal de conneries

à ce propos, je viens de tomber dessus par hasard qui traite de ça.
Insistance de 68..j ai pas lu (45 pages en plus!) mais étant donné que ça vient de la revue du MAUSS, ça peut etre intéressant. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FlaÏ
Occasionnel
avatar

Nombre de messages : 64
Date d'inscription : 18/01/2008

MessageSujet: Re: nul ne devrait jamais travailler.   Sam 26 Jan - 17:21

c'est marrant, si j'ai bien tout compris, en 68, les syndicats et le partie communiste ont eu peur de la révolution, c'est pour ça qu'elle n'a pas eu lieu à ce moment là, l'embassadeur d'urss à paris a même donné la consigne de voter de gaulle aux élections anticipées!!!

je pense que la société fait la même chose que l'état avec l'individu, effectivement, c'est 2 choses différentes.
je ne dis pas que la société est fondamentalement mauvaise, ou peut-être que je le dis, mais je devrais pas. la société s'oppose nécessairement à l'individu, mais l'individu vit tout aussi nécessairement dans la société. c'est ce paradoxe qui crée l'aliénation de l'individu dans la société. c'est pas moi qui le dit, c'est... euh... adam smith? je sais plus, mais pas un philosophe plus marginal que lui en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hot sauce
Assassin Family
avatar

Nombre de messages : 424
Age : 36
Emploi : Futur chômeur ?
Date d'inscription : 05/11/2005

MessageSujet: Re: nul ne devrait jamais travailler.   Sam 26 Jan - 17:46

FlaÏ a écrit:
je ne dis pas que la société est fondamentalement mauvaise, ou peut-être que je le dis, mais je devrais pas. la société s'oppose nécessairement à l'individu,

ah je crois qu'on arrivera pas à être d accord là-dessus Smile et les parents avec les enfants aussi ils s'opposent nécessairement Question 'fin bon, ça me fait penser à un certain Prêt à penser, Le fond de commerce de la liberté (à partir d'un petit plus de la moitié du paragraphe)

Citation :
mais l'individu vit tout aussi nécessairement dans la société. c'est ce paradoxe qui crée l'aliénation de l'individu dans la société. c'est pas moi qui le dit, c'est... euh... adam smith? je sais plus, mais pas un philosophe plus marginal que lui en tout cas.

ça me surprend pour Adam Smith..pour l aliénation c'est plutot lié au travail dans son activité salarié où l'homme est étranger au produit de son travail, de son activité..et donc par extension au monde qui l entoure puisque ce monde même est créé par des gens semblables à lui cad étranger à leur activité...'fin c est comme ça que je pige Debord et sa théorie sur la Société du Spectacle Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
[admin]
Suprême Assassin
avatar

Nombre de messages : 1247
Date d'inscription : 26/10/2005

MessageSujet: Re: nul ne devrait jamais travailler.   Dim 27 Jan - 12:16

hot sauce a écrit:
admin a écrit:
(le dernier aussi est excellent Wink)

c'est lequel ? volem rien foutre al païs ? y a juste un petit truc d'1 min sur dailymotion Sad

oui.
arf....moi j'ai acheté le dvd.
http://atheles.org/cpproductions/

_________________
chaque société hérite de la jeunesse qu'elle mérite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: nul ne devrait jamais travailler.   

Revenir en haut Aller en bas
 
nul ne devrait jamais travailler.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sites/logiciels pour travailler la tactique
» Travailler avec Illustrator et Photoshop
» Mon fils veut travailler à la SAQ
» Adieu Levan III du nom,on ne vous oublira jamais....
» Mon lapin ne dort jamais :)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.:Assassin Productions:. :: Vos opinions :: La censure est présente pourtant l'information circule!-
Sauter vers: